Revue de presse n°55 – 2015 – semaine 18

On commence à sentir comme les prémices d’un reflux des énergies fossiles et nucléaires… sans qu’hélas, chez nous, on assiste à un « boom » des renouvelables : nous sommes plus que jamais en grand danger.
Nous rappelons la possibilité de prendre part au voyage d’étude dans la région de Fribourg en Brisgau, du 10 au 13 juin. Voir sur le site ou utiliser le lien e-mail de cette revue de presse.
Pour rester près des préoccupations des Français « d’en bas », nous rappelons la mise en ligne, libre jusqu’en mai, sur notre site (lien cliquable) des enregistrements vidéo de notre Web Conférence sur le sujet du chauffage au bois, qui aborde l’intégralité de la problématique, avec le renversement de pas mal d’idées reçues.

Quand les grands médias commencent à tomber à bras raccourcis sur le nucléaire français… (lien cliquable) De quoi est-ce le signe ? Ce n’est pas encore sur TF1 ou France 2, mais sur Canal+ et repris par « Le Monde ». Franchement, c’est à vous en faire dresser les cheveux sur la tête. Mais c’est du PASSE ! Aujourd’hui, « ils » sont devenus sérieux, bien sûr, avec des tas d' »autorités » qui les encadrent… Le problème, c’est qu’on ne sait plus trop quand ils arrêtent de mentir. Et comme se discute dans le même temps l’entrée au capital d’Areva de groupes chinois, que va-t-il rester du nucléaire français, garant de notre « indépendance » énergétique ??? Des champs de ruines radioactives ! Et comment ferons-nous, à la place ? Tout est écrit dans la LOI que concoctent amoureusement vos députés et le gouvernement ! Ouf ! Nous voilà rassurés…

La bombe Tesla : (lien cliquable) Cette semaine a été marquée par le lancement en fanfare du nouveau produit de la société Tesla. Il ne s’agit pas d’une voiture, mais d’un pack de batteries intelligent et relativement bon marché, destiné à assurer l’autonomie électrique de votre maison, en couplage avec des panneaux photovoltaïques. Le concept n’est pas encore totalement abouti ni applicable partout, mais les spécialistes ne s’y trompent pas : (lien cliquable) il remet en cause tout le système électrique que nous connaissons, réseaux de lignes, centrales, notamment nucléaires. Dans de nombreux pays, il va faire un tabac et révolutionner le monde de l’électricité. Il n’est pas optimum dans certaines régions, comme les nôtres, mais si rien ne se passe, il va y faire son trou également, dans le sud de la France par exemple, et bien difficile d’en savoir la taille. Mais nous sommes confiants dans la vigilance des autorités qui sauront bien, en temps voulu, y mettre le holà.

Pourquoi le marché du bois est si difficile à décrypter : (lien cliquable) Il est, en France, « trafiqué » de tous les côtés par l’état, qui prodigue les avantages fiscaux à droite et à gauche, notamment pour la transmission de (gros) patrimoines, qui attribue des tarifs préférentiels pour tel ou tel type de valorisation etc. Alors, le bois d’œuvre part en Chine, le bois énergie dans les méga centrales/chaufferies etc. Pour vous y retrouver, vous avez, toujours en ligne sur le site, les vidéos de notre web conférence.

« Les Ecossais plus malins que le journal « Le Monde » ! » (lien cliquable) Ce dernier fait tout un tam-tam sur la sauvegarde des paysages autour du Loch Ness, en Ecosse, qui seraient « menacés » par pas moins de 517 éoliennes. Même les gouvernements local et national s’en émeuvent, à la suite de quelques activistes. Mais le journal est bien obligé d’avouer que la pétition lancée contre ces « monstres », avec de multiples soutiens, n’a en quelques mois recueilli que 3 000 signatures. Les Ecossais ont visiblement pris conscience de ce que le vent est leur garantie énergétique, face à tous ceux qui veulent les laisser dans la dépendance. Sans doute parce qu’il fait plus froid que par chez nous, où les opposants font encore souvent carton plein.

La peur change de camp… chez les financiers. (lien cliquable) La hausse vigoureuse des coûts d’exploitation des énergies fossiles et la réduction de leur utilisation qui va s’imposer pour tout un tas de raisons : leur impact environnemental qui devient insupportable, l’émergence de solutions alternatives, commencent à semer la panique chez les investisseurs financiers qui craignent de subir là un choc qui en ruinerait plus d’un. Non seulement, les mouvements de désinvestissement lancés dans les pays anglo-saxons remportent de plus en plus de succès, mais le G20, instance supranationale tout ce qu’il y a de plus officielle, vient de lancer une étude portant sur pas moins de… 6 000 milliards de $, soit environ trois fois le PIB de la France, qui correspondent à des investissements réalisés depuis 2007 dans les énergies fossiles. On comprend aussi l’explosion de l’endettement depuis cette date.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *